Chapter 1

Lay flowers, a sensitivity symbol.



Through ages and cultures, plants always played a crucial social role. Punctuating our lives with aestheticisms and feelings. Their representations are intimately mixed with human life, legends, myths, even traditions and customs. ‘‘Everyone practices the symbolism of flowers without realizing it.’’  Wrote Léopold Berner.




We commonly associate the army to a rigid and less sensitive entity. Indeed, we cannot imagine a harsher image than young men lucidly determined to give their life and take others in the name of various causes.


However this prima facie severity give us to see a spontaneous sensitivity when the vision of death happens. Almost poetic, as Arthur Rimbaud's “Le dormeur du val” could reveals. But whom traditionally finds himself embodied by lay flowers.

Floral designer Maxime Navel was asked to re-interpret this object of memory. Lucie Raijasse shots his ikebana inspired carnations composition in his atelier near Saint-Germain-des-Prés.



Version française.

« Dans tous les lieux et en tous temps les plantes ont servi à désigner conventionnellement quelque objet ou quelque sentiment, ou encore à évoquer des pensées parfois sans relation avec leur aspect. Ces représentations fictives sont intimement mêlées à la vie humaine, aux légendes, aux mythes, voire aux traditions et coutumes, de sorte que tout le monde pratique la « symbolique des fleurs » sans s'en rendre compte. » Développait Léopold Berner (1964).  

Nous associons communément l’armée à une entité rigide et intraitable. En effet on ne saurait envisager image plus dure que celui de jeunes hommes, déterminés à donner leur vie et l’ôter à d’autres au nom de diverses causes.

C’est dans ce rapport de force et sous la manifestation de la mort que se dresse pourtant une sensibilité naturelle. Une sensibilité presque poétique, que pourrait révéler le « Dormeur du val » d’Arthur Rimbaud . Mais qui dans un usage d’ensemble se retrouve incarnée par la gerbe de fleurs.

Il a été donné au fleuriste parisien Maxime Navel de la re-interpréter. Nous l’avons suivi le temps d’un après midi dans son atelier près de saint-germain des près.



Home        Contribution